Nous voulons une agriculture qui emploie, préserve et produise .... oui, mais pas à n'importe quel prix !!!!!

Pour défendre une agriculture de qualité, respectueuse des travailleurs, du bien-être animal,

de l'environnement et des citoyens ...

LA solution !

C'est l'agriculture et l'agroécologie paysannes, mais aussi ...


     solidarité avec la via campesina       bois flotté     30ansdelaconf'paysanne      

Google+ Barie
l'agro-écologie en pratique                                             L'agro-écologie en pratique, c'est d'abord une agriculture paysanne et  biologique !             
Depuis plus de 15 ans à ...
terroir de barie, capitale du vîme

Les multinationales dans nos assiettes ? C'est ce que dénoncent aussi les grands chefs de cuisine  dans une lettre ouverte contre l'invasion de l'agrochimie dans nos assiettes

Le rachat du groupe américain Monsanto par l’allemand Bayer, en  septembre 2016, ne peut pas laisser les professionnels de la  restauration indifférents. Avec cette acquisition, ce nouveau mastodonte  des semences et des pesticides a une ambition : contrôler toute la  chaine alimentaire, de la terre où pousse la semence jusqu’à l’assiette  du consommateur. Une telle entreprise n’a qu’une ambition : accroitre  ses activités, donc ses bénéfices, sur tous les continents, au mépris de  la biodiversité et de la santé des populations. Si l’Union européenne  s’est montrée inquiète suite à ce rapprochement, les citoyens ne peuvent se contenter de regarder la chimie remplir leurs assiettes.

Ardents défenseurs du bien manger, engagés quotidiennement dans la  valorisation du bon produit et des petits producteurs, les professionnels  de la restauration veulent rappeler leur attachement à quelques valeurs  fondamentales : le soutien à la biodiversité, le respect de  l’environnement et la santé des consommateurs. Ce rapprochement  agrochimique constitue un danger pour nos assiettes, mais il est  également une source d’inquiétude pour les paysans et les agriculteurs  qui voient se limiter leur liberté de planter et cultiver.....  LIRE LA SUITE !


Serons-nous les derniers "commerçants" de la rue Cazaux-Cazalet à Cadillac ? Cliquez sur l'image !

exposants marché bio de cadillac
BARIE... entre  Langon et La Réole
(Gironde), sur le fonds de la vallée de la Garonne, à 11 ou 12 m d'altitude !

Et de l'inondation aux alluvions, il n'y a qu'un pas... de temps plus   ou moins long ; la dernière a eu lieu en décembre 1981. Il y a plus de 35  ans !
 
inondation à barie en 1960
Cliquez ici pour en savoir plus !
De fait, en tant que zone innondable, nous sommes protégés par une digue (et de quelques autres nuisances,..). Terres d'alluvions, riches et limoneuses, anciennement, terres de polyculture. Qu'en reste-t-il ? Beaucoup de maïs, de nouvelles plantations de noyers et de noisetiers, encore de l'osier ou vîme et ... quelques maraîchers dont ma ferme maraîchère Godel-Monzat  en agricultur
e biologique !

marché bio de cadillac








ACTUALITES   (ou du local au global)

Les nouvelles du jardin sont en page :
Plein-Champs
et vous y trouverez aussi un
diaporama de figures insolites "Agri... Cool".
Maliste de récolte pour la fin de semaine et le marché de Cadillac se trouve en page
Vente Directe.
Et desréférences en agro-écologie et sur Via Campesina en page LIENS (vers l'agroécologie) !!
et quelques nouveaux articles sur mon blog !

Des vacances en plein été !!!
Eclats de printemps !
Bio Barie ... planteurs et planteuses de haies !
vïmesque
Une billeterie, foutraque, rebelle aux aléas médiatiques, sensible aux aléas climatiques sur mon blog :
terroir-de-barie.fr/wordpress

oeuvres de brigitte monzatOeuvres de Brigitte Monzat

Barie, maraîchage, grandes cultures et verger de kiwis, en agriculture biologique. Barie Village – voir le site – renouvelle aussi son terroir bio. D’une part, quasi l’ensemble des autres producteurs de kiwis – 4 ou 5 – sont passés en « bio » ! Et si la Ferme des 2 Rivières a bien repris, je dirai même sauvé, 10 ha en grandes cultures de l’ex-Biocousinat, Arnaud et Barbara, ont repris, eux, les nouveaux exploitants « bariauds », mais, dont la résidence se trouve à St-Sève, environ 3 ha et l’entretien d’un verger de noyers, le tout en agriculture biologique aussi !
Globalement, la « bio » est plutôt en progrès à Barie ! Même l’agriculture dite conventionnelle évolue vers plus de biodiversité … grâce à la Politique Agricole Commune qui oblige, maintenant à des rotations de cultures !


Leur site : http://lafermedes2rivieres.fr  Et une présentation des maraîchersdans l'hebdo "Le Républicain" !

Ce même Républicain fait le choix de la Nature, mais, ne compte, à Barie, que 3 agriculteurs pour ce même idéal ! et, en oubliant, l'Oseraie de l'Ile ... !

L'agriculture paysanne est la solution qui permet d'installer de nombreux paysans, de préserver l'environnement et de produire une alimentation saine ! Unsite de référence vous donne toute l'info !!!

Mon dernier pré-carré d'environ 2500 m2 ... en 2015 et 1500 m2 en 2016, 1000 m2 en 2017 ! De semi-professionnel à semi-retraité, j'ai encore de quoi faire quelques semis ! Mais, 2018 sera-t-elle la dernière annnée sur le marché de Cadillac ?

porte du jardin !

vîmesque
mon dernier pré-carré de 2000 m2 !

Tunnel et kiwis
l'installation en maraîchage, avec kiwis, c'est la ferme des 2 rivières !

belle récolte de pommes de terre ! en attendant les kiwis !
L'engin vaut le coup d'oeil ! Et la récolte de pommes de terre aussi !



   ... PETIT PRODUCTEUR ? Qui suis-je donc ? Un paysan (cf. note ci-dessous), un cultivateur, un maraîcher, un agriculteur, un exploitant agricole ou un agri-manager ? Non
, je ne suis que "cotisant solidaire", statut de la mutualité sociale agricole, sans aucun droit à une couverture sociale, ni retraite ! De fait, je travaille une parcelle de 1,2 hectares utiles, c'est-à-dire sans  les haies et autres passages de service, en rotation triannuelle, soit environ 3 à 4 000 m2 par an, en bref, un grand jardin !

     Depuis l'an 2000, j'ai changé totalement de vie, de la ville à la campagne, de l'industrie à l'Agriculture Biologique (AB... Antoine et Brigitte, ma compagne) ! Et de la nature à la culture, j'ai retrouvé les fondements de la vie humaine ! vous y comprenez quelque chose ?
     Produire, vendre, un autre couple, moins idyllique ! Face cachée, face visible ... comme la lune, avec laquelle j'essaie de composer mes menus " agronomiques" : semer, planter, entretenir, récolter; je pratique la culture de légumes de saison, à partir de semences bio et non-hybrides, et de quelques fruits. Face visible : je vends l'essentiel de ma production sur le marché bio et fermier de Cadillac, tous les samedis matin. Et quand on achète un produit, on "achète" le monde qui va avec ... et, peut-être, plus écologique !

Il y a plus de vingt ans déjà  !

Le chemin vers l'agriculture n'est pas des plus faciles et l'accès au foncier en est peut-être le plus difficile ! Toutefois, avant même de me lancer, j'avais aussi essayer de me former, par la pratique, et de savoir si je tenais le coup ... physiquement ! Et j'ai eu la chance de pouvoir le faire, pendant toute une saison, d'avril à octobre 1996, à Genève, dans une coopérative de consommateurs et jardiniers - fondateurs desJardins de Cocagne, merci Reto, Claude et les autres qui m'ont donné envie de reprendre racine - en participant à la production, à la mise en "cornets" - les paniers à la suisse - ou même à la distribution dans divers quartiers de Genève, mais, aussi, à la vente sur les marchés et, çà, çà m'est resté !

NOTA BENE " Ces paysans qui ont fait l'Europe ! A partir du VIIème millénaire av J-C., la pratique de l'agriculture et celle de l'élevage, originaires de la Méditerranée orientale (le Tigre et l'Euphrate) gagnent l'Europe, unifiant peu à peu l'organisation sociale, les techniques, les pratiques alimentaires - Jean Guilaine. "

Le paysan est donc l'héritier d'une histoire de plus de 10'000 ans, d'agriculture et de biodiversité, sans laquelle aucune variété d'utilité agroalimentaire n'existerait ! (voir le livre de M. Mazoyer et L Roudard " Histoire des agricultures du monde "). Un fragment de cette histoire vous est donné ci-après :

Le temps des laboureurs. Travail, ordre social et croissance en Europe (XIe-XIVe siècle), Albin Michel, collection “L’évolution de l’humanité”, octobre 2012, de Mathieu Arnoux.

Du XIe au XIIIe siècle, l’Europe connut une phase sans égale de croissance et de développement. C’est alors que furent créés les paysages qui sont encore ceux de nos campagnes. Plus que le temps des chevaliers et des seigneurs ou des moines et des prêtres, ce temps fut celui des laboureurs, des manants et des vilains, dont le travail seul fut à l’origine de cette prospérité.

« La crise consiste justement dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau  ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés »,  écrivait le théoricien Antonio Gramsci. (dans la traduction française des Cahiers de prison parue aux Éditions Gallimard sous la responsabilité de Robert Paris: Cahier 3, §34, p. 283).... Un autre monde est-il donc possible ou même nécessaire ?


citation de daniele manacorda    citation de Daniele Manacorda
  J'ajouterai que ce développement doit promouvoir une croissance culturelle dans le sens
  où la culture est l'ensemble des relations sociales, humaines.


   Quelques curiosités du jardin ...

                        




 Et le jardin en février 2012, sous la neige !

jardin sous la neige en 2012
Vos commentaires, vos idées ...
sur mon formulaire de contact !!!




Mes contacts - Mentions légales   Ce site internet est  optimisé pour un affichage  minimum de 1024*780 pour les navigateur Internet  Mozilla, Google Chrome dans leur version les plus anciennes. Si vous constatez un problème sur ce site, écrire au webmaster : mon adresse électronique